Nos aventures des bouts du monde
Carnet de voyage d'Auriane et Cédric en Amérique du Sud - "El mundo es un libro, y quienes no viajan, leen sólo una página."

Menu


Accueil
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives

Où suis-je actuellement ?




«  Décembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 

Menu


Carnet de bord de los 3
Blog de Simon et Martina
Momo et MC en voyage
Flo en Chile
Les crèches d'Arequipa

Amis


Derniers jours en Uruguay

 

On profite de nos derniers instants pour aller bronzer tranquillement sur les plus belles plages sudaméricaines, en Uruguay.

 

Malheureusement, on se rend vite compte qu'ici c'est l'hiver, il pleut à torrent et fait un froid de canard... Au lieu d'une caïpirinha sous les cocotiers, ce sera donc chocolat chaud au coin du feu.

 

Après une petite étape à Colonia, on part vers Montevideo, la capitale la plus tranquille d'Amérique Latine. La tradition du maté est ici aussi ancrée qu'en Argentine, tout le monde se balade avec son thermos et sa bombilla à la main.

 

Pour notre plus grand bonheur, l'Uruguay est avec l'Argentine l'autre pays de la viande. On savourera une bonne parrillada pour fêter l'anniversaire d'Auriane, qui, pour une fois arrive avec l'hiver de ce côté de la Terre.

 

 On repart ce soir en direction de Buenos Aires, la boucle est bouclée...



Publié à 02:13, le 22/06/2008, Montevideo
Mots clefs :
Lien

Les chutes d'Iguazú - Brésil - Argentine

 

Pour notre dernier jour au Brésil, les chutes d'Iguaçú nous offrent un spectacle grandiose.

 

Cette merveille naturelle, inscrite au patrimoine mondial se trouve à la frontière entre le Brésil et l'Argentine.

 

Du coté brésilien, une balade nous permet de découvrir l'immensité du site mais aussi la puissance et le grondement des chutes. En prime, le soleil nous accordera plusieurs beaux arc-en-ciel sur l'eau...

 

Le lendemain, du côté argentin, on explore la biodiversité du parc, et aurons la chance de voir de nombreux singes caí et des coatis curieux. Les passerelles qui mènent aux chutes nous font nous "mouiller", notamment en haut de l'impressionnante "Garganta del Diablo", où l'écume de l'eau empêche toute visibilité...  

 

Après ces deux journées à Iguazú, on comprend mieux pourquoi les explorateurs ont crû, en arrivant ici, découvrir les limites de la Terre... Un vrai bout du monde...

 

 

Ce soir on part direction Buenos Aires. La crise dans le "campo" argentin et ses bloquages de routes nous rendent l'accès difficile en Uruguay. On traversera donc le Río de la Plata en bateau pour passer nos derniers jours dans un pays, apparemment très agréable...

 



Publié à 12:39, le 17/06/2008, Puerto Iguazú
Mots clefs :
Lien

Bonito - au milieu des eaux cristallines

 

Plutôt qu'écotourisme, on devrait plutôt parler de tourisme de luxe à Bonito.

 

Il est vrai que la ville et ses environs regorgent de coins paradisiaques, d'une eau cristalline, de milliers de poissons et d'animaux divers, mais toutes les activités proposées nécessitent de "booker" dans une agence et de partir avec un guide.

 

Il va sans dire que tout est très cher (même les panneaux de signalisation en ville portent tous le logo Mastercard !), et que tout revient aux richissimes propriétaires terriens, qui ont mis la main sur les plus beaux sites de la région.

 

Notre budget de fin de voyage nous a simplement autorisé à visiter la grotte du "Lago Azul" - superbe lac bleu azur au fond d'une grotte, comme son nom l'indique - et une propriéte privée parsemée de cascades où la baignade fut délicieuse.

 

On a également pu passer une journée "snorkelling" au balnéario municipal, à nager entre les poissons et à se promener au milieu de singes et d'aras magnifiques. C'était la seule activité "économique" mais cependant tout aussi agréable.

 

Apres les "ridicules" petites cascades de Bonito, on change de niveau en partant ce soir en direction des fameuses chutes d'Iguaçu, que l'on va aborder des deux côtés de la frontière Brésil-Argentine.

 



Publié à 01:22, le 14/06/2008, Bonito
Mots clefs :
Lien

Le Pantanal brésilien

 

Après un trajet épique de Santa Cruz à la frontière bolivienne, et un passage à l'immigration brésilienne des plus laxistes, on arrive finalement à Corumbá, autoproclamée capitale du Pantanal.

 

A cheval sur 3 pays (principalement Brésil mais aussi Bolivie et Paraguay), le Pantanal est la zone inondable la plus grande au monde. Durant la saison des pluies, la presque totalité de sa superficie est sous les eaux. C'est aussi et surtout la plus grande réserve animalière de la planète.

 

Durant trois jours, on a ainsi pu, à pied, en jeep, en bateau ou encore à cheval, en découvrir ses merveilles, et une petite partie de ses habitants : caïmans, singes, sangliers, tatous, capybaras (le plus gros rongeur de la planète, à mi-chemin entre le cochon d'Inde et l'hippopotame) ainsi que des oiseaux par milliers, de toutes tailles, toutes formes et toutes couleurs, dont de magnifiques perroquets Aras. Mais l'animal le mieux representé et le moins farouche reste sans conteste l'inévitable moustique mangeur d´hommes... 

 

 

Après ces trois jours "d'aventure", on part se relaxer quelques jours à Bonito, paradis aquatique, et autoproclamée pour sa part capitale de l'écotourisme.

 



Publié à 06:43, le 10/06/2008, Corumbá
Mots clefs :
Lien

De Cuzco (Perú) à Santa Cruz (Bolivia)

 

On traverse la Bolivie à toute vitesse : première étape La Paz où on fait quelques emplettes. Direction ensuite Cochabamba où un bloquage paralyse la ville. On décide donc de fuir l'agitation et de partir directement vers l'Oriente.... Fini les montagnes, l'altitude, les lamas et l'altiplano, on arrive avec Santa Cruz, dans une autre Bolivie, une autre Amérique du Sud, celle de la Selva, des animaux et de la chaleur tropicale.

 

 

 

Rien de spécial à faire ou à voir à Santa Cruz, on en profite pour se reposer quelques jours dans un hôtel calme, avec patio verdoyant abritant deux magnifiques toucans. Un appel à la jungle... Changement de programme, on ne part plus vers le parc Amboró mais nous dirigeons ce soir vers la région du Pantanal... au Brésil !!!



Publié à 02:46, le 5/06/2008,
Mots clefs :
Lien

Machu Picchu - merveille du monde

Le seul moyen de se rendre à Aguas Calientes, au pied du Machu Picchu, est de prendre le Perú Rail, un train aux capitaux étrangers qui plument véritablement les touristes... L'entrée au site rentre également dans les poches de cette société. D'après Cédric, le Pérou a vendu son âme au diable...

 

Trève de points négatifs, nous parlons quand même d'une des merveilles du monde...

 

Nous nous levons au petit matin, c'est à dire à 4h, pour accomplir les quelques kilomètres nous séparant du site tant convoité. Après une  bonne heure et demie de marche difficile, nous arrivons d'emblée à la cabane du gardien, devant la fameuse photo...

 

L'émotion est grande pour Auriane, qui retient une larme. Cédric est en admiration devant l'ingéniosité des incas à réaliser une telle forteresse, qui n'a jamais été découverte par les espagnols...

 

Notre matinalité nous permet de profiter d'un instant rare : le lever de soleil, sans brume, sur le site. Le spectacle est imprenable (sauf en photos !!!).

 

Selon l'ancien gardien du site, il n'y a pas de "mystère Machu Picchu" : à l'époque, les pierres pouvaient marcher. Nous croyons vraiment à cette légende car nous avons pu voir sur d'autres sites archéologiques, des blocs énormes égarés que l'on appelle "les pierres fatiguées".

 

Pour profiter pleinement du site, nous grimpons, là aussi difficilement, au Huayna Picchu, la montagne qui surplombe le site. La vue sur la vallée et les ruines incas est magnifique...

 

On retourne sur Cuzco fatigués par tant de kilomètres parcourus mais la tête bouillonnant des paysages plus beaux les uns que les autres. Finalement on abandonne l'idée de partir à Choquequirao, le temps maintenant nous est compté....On vient d'apprendre que la compagnie aérienne nous avance notre départ d'un jour... Nous partirons donc dans la jungle en Bolivie que nous rejoignons dès ce soir.

 

¡Ciao Perú !



Publié à 03:23, le 31/05/2008,
Mots clefs :
Lien

El Valle Sagrado

Notre balade dans la Vallée Sacrée commence à Chinchero, au pied de montagnes enneigées. On y fera une véritable plongée dans l'artisanat local, avec une introduction à la teinture naturelle et aux techniques de tissage. Le village tient également son marché coloré sur la place de l'église, derrière laquelle on peut découvrir d'impressionnantes terrasses incas.

 

On poursuit ensuite vers Ollantaytambo, du nom d'un général inca. C'était une forteresse imprenable sur la route du Machu Picchu. Aujourd'hui encore, la démesure et l'emplacement du site auraient de quoi décourager d'éventuels envahisseurs. 

 

 

Dernière étape dans la Vallée, Pisac. Son jadis immense et varié marché aux fruits et légumes est désormais remplacé par un marché artisanal purement destiné aux touristes du monde entier, ne laissant aux paysans et producteurs de la région qu'une seule ruelle pour étaler leurs marchandises. Sur les cerros surplombants le village se trouvent un ensemble de ruines incas, invisibles pour les non-initiés, et desquelles la vue sur la vallée est magnifique.

 

Prochaine et ultime étape de cette incursion dans le monde inca, le joyau des Andes, le fameux Machu Picchu.

 



Publié à 02:04, le 27/05/2008, Ollantaytambo
Mots clefs :
Lien

Cuzco - nombril du monde

 

Après la mauvaise nuit de bus que nous avions passé entre Arequipa et Cuzco, nous nous laissons tenter par un trajet  "super classe". L'attention est digne d'un grand aéroport, on est filmés avant d'embarquer dans le bus en cas de problèmes et suivis par GPS en cas d'attaques... Mais finalement  ça ne vaut pas vraiment les classes éco...

 

Nous arrivons au petit matin à Cuzco, la capitale de l'empire inca, "le nombril du monde" en quechua. La ville, classée au patrimoine de l'humanité, regorge de merveilles : nombre de ses ruelles ont conservé leur architecture inca, sa Plaza de Armas est admirable avec ses arcades et ses églises.

 

 

On part aussitôt visiter les sites archéologiques incas des environs : Tambomachay - les thermes du grand Inca, Puca-Pucará - la forteresse rouge, Kenko - le labyrinthe inca et enfin Sacsahuamán.

 

Ce dernier est très impresionnant avec ses murs d'énormes pierres ajustées au millimètre près, dans le plus pur et le plus beau style inca. Même une aiguille ne pourrait passer entre les pierres.

 

On continue notre voyage à travers l'histoire en partant à l'assaut de la Vallée Sacrée, ses marchés, ses ruines et ses villages touristico-traditionnels : Chinchero, Urubamba, Ollantaytambo, Pisac...

 



Publié à 01:16, le 25/05/2008, Cuzco
Mots clefs :
Lien

Arequipa-la crèche du bonheur....

Les dernières semaines à l'école ont été très chargées, aussi bien pour les enfants que pour nous.

 

Cédric s'est transformé en brillant entraîneur de football pour les p´tits bouts de 5 ans. Ils étaient tellemet fiers d'arborer la tenue du collège pour leur première participation...Ils n'ont malheureusement pas gagné leurs premiers matchs mais on pense que notre petit gardien remportera la palme... Sinon, l' école a vécu au rythme coloré de la fête des mères, celle des maternels, de concours en tout genre, et même d'une séance "Asterix et les Vikings" comme au cinéma à l'alliance française... Une des mamans de la crèche nous a fait découvrir avec humilité sa petite maison perchée sur les flancs du Misti,  qui, à défaut d'être aussi belle et grande que celles de la ville, jouit sans aucun doute du meilleur panorama d'Arequipa... 

 

Bref, des instants riches en activités bien sûr mais aussi et surtout en relations humaines et émotions...

 

 

Après donc deux mois d'intenses moments passés à la crèche de Lara, la séparation d' avec les enfants et tout le personnel a été déchirante... Notre projet, le journal du collège, le "lara vista" a donc pris fin, mais nous espérons que tous ensemble, ils le continueront. De toute façon, la meilleure façon de le savoir sera d'y retourner.... On a donc quitter tout ce p´tit monde lors d'une fête, d'une projection photo (pendant laquelle les larmes ont coulé...) et aussi de "chinchín" à l'arequipeña.... La cumbia, une des musiques à la mode, n'a plus de secet pour nous...ni même au niveau de la danse....

 

Un grand merci à l'association "Crèche d'Arequipa" en France envers qui les enfants et leurs familles sont tellement reconnaissants...

 

Evidemment un grand merci à toutes les personnes que l'on a pu rencontrer, le personnel et les mamans qui ont été très accueillants et particulièrement aux enfants de la crèche qui nous ont énormément appris. A travers leurs sourires et leurs jeux, la vie nous paraît tellement plus simple et belle...

 

On s'est beaucoup attaché aux enfants , nous leur avons donc promis à eux et à nous mêmes de revenir très vite....

 

 

Pour oublier ces adieux émouvants, on reprend nos sacs à dos et la route direction Cuzco, la vallée sacrée des incas et bien sûr le Machu Picchu !!!



Publié à 06:33, le 23/05/2008, Arequipa
Mots clefs :
Lien

Puno - le lac Titicaca

Nous profitons du long week end du 1er mai pour partir à Puno, la porte d'entrée au lac Titicaca. La nuit en bus est froide et plutôt éprouvante mais le soleil nous réchauffe une fois arrivés à bon port. Nous réservons la première journée pour une balade dans la ville envahie de motos taxis et de tuk tuks, à flaner dans les marchés d'artisanat. L'après-midi nous découvrons le site de Sillustani où sont préservées plusieurs chullpas, des tombes incas.  

 

Dès le lendemain, nous prenons le large pour 2 jours d'excursion sur le lac Titicaca. Au programme: visite des fameuses îles flottantes Uros, entièrement construites de roseaux. On pourrait douter de la crédibilité des habitants des îles du fait du tourisme de masse mais leur vie y paraît bien réelle. Cependant, ils vont quand même chanter " Vamos a la playa"...

 

Ensuite direction l'île d'Amantani où une famille nous reçoit. Le soleil sur le bateau et l'altitude vont faire s'affaiblir Auriane après à peine 100 mètres de marche. Mais l'expectative de voir ce fameux coucher de soleil sur le lac Titicaca et un bon maté de muña lui feront retrouver des forces.

 

 

Nous serons sur l'île de Taquile pour la deuxième journée où nous profiterons d'une vue magnifique sur la Cordillère du côté bolivien. Nous aprendrons aussi les coutumes de l'île et ses anecdotes sur le mode vestimentaire. Pour eux, tout dépend du bonnet et du pompon pour indiquer son célibat ... Le retour sur Puno en bateau est long de 3h mais on a des images plein la tête...

 

 

 

L'ultime journée de ce week-end de 4 jours, nous irons déambuler dans le marché "las Alasitas" à Puno. Ses miniatures en tout genre en font sa particularité :  des minis billets aux minis paquets de riz ou minis maisons, tout est vendu dans l'esprit d'apporter le bien tant chéri après plusieurs invocations . On peut aussi acquérir de mini diplômes universitaires ou actes de mariage et même de divorce pour que le voeu se réalise au cours de l'année. Une découverte assez amusante... 

 



Publié à 01:22, le 11/05/2008, Puno
Mots clefs :
Lien
<- Page précédente